• Nicolas Piatkowski

L’assistant contrôleur de gestion. De l'analyste synthétique au rôle essentiel.



Acolyte incontournable du contrôleur de gestion, l’assistant contrôleur de gestion a pour mission principale de fournir des informations à son service. En finance, l’information et les chiffres qui la composent jouent un rôle majeur : c’est sur cette base que des décisions impactant l’avenir de l’entreprise sont prises.


Scruter chaque nombre concernant l’entreprise, savoir l'interpréter et proposer des recommandations ?


C’est le quotidien de l’assistant contrôleur de gestion, un analyste qui veille au grain.


Journée type de Clémentine, assistante contrôleur de gestion en entreprise


Clémentine a terminé ses études en 2018. C’est encore tout frais. Depuis, elle occupe le poste d’assistant contrôleur de gestion dans une PME d’une centaine de collaborateurs dans le Nord de la France.


Ce qu’il faut retenir de Clémentine, c’est avant tout son amour des chiffres, ensuite son talent à synthétiser des informations financières complexes et enfin, le fait qu’elle n’existe pas : un personnage fictif vaut parfois mieux qu’une longue explication.



Collecte d’info, reporting, conseil… et plus si affinités.


Au quotidien, Clémentine rassemble de l’information qui sera très utile pour la suite. Elle commence par collecter de nombreuses données chiffrées : d’abord il y a les charges, puis les produits, mais aussi les investissements, les stocks et de nombreux autres éléments comptables.

Mais d’où proviennent ces données, vous demandez-vous ? De l’ensemble des services opérationnels de la structure ! Oui, ça en fait, de l’information.


Son reporting, elle le fait via des outils et des tableaux de bord qu’elle prend soin de mettre en place consciencieusement avec l’appui de son service et de sa hiérarchie. Ce sont par exemple des bases de données claires et concises. Sans eux, ce serait compliqué.


Elle occupe de nombreuses heures à surveiller et à analyser ses tableaux de bords, tous créés dans le but d'accroître la rentabilité de son entreprise. Chaque chiffre compte et il faut savoir saisir la moindre occasion de réduire les coûts par exemple.


Pour transmettre efficacement son message, composé de nombreux chiffres tous plus importants et précis les uns que les autres, elle rédige des synthèses détaillées et digestes.


La synthèse, pour un assistant contrôleur de gestion, c’est un peu comme le powerpoint pour les professionnels du marketing : il s’agit de résumer de manière simple et accessible un raisonnement et des données brutes.


Les recommandations de la synthèse sont le moment de faire des propositions concrètes, des préconisations qui une fois mises en action auront un vrai effet sur les chiffres de l’organisation.

La fonction de conseil, notamment au travers de la synthèse mais plus généralement au travers des recommandations, occupe un rôle variable selon la position de l’assistant contrôleur de gestion, son service et son entreprise.

N’oublions pas non plus l’activité que Clémentine ne porte pas dans son coeur : l’analyse prévisionnelle et le contrôle des procédures (son truc à elle, c’est plutôt le conseil).


Enfin, elle ne peut négliger une veille constante pour optimiser ses outils de gestion et ses procédures. Elle aimerait pourtant s’en passer !


Bonne nouvelle, bientôt, elle pourra confier certaines tâches à son assistant… lorsqu’elle sera devenue contrôleur de gestion à son tour.


Autre bonne nouvelle, nous avons retrouvé l’offre d’emploi (bien réelle cette fois) à laquelle Clémentine avait postulé sur Indeed. Voici ses missions :

Elle avait beaucoup hésité avec une autre offre, qui elle décrivait un poste plus diversifié, avec une découpe des activités selon les orientations :

Quelle progression pour Clémentine après assistant contrôleur de gestion ?


En effet, Clémentine aimerait beaucoup devenir contrôleur de gestion dans son entreprise et ça tombe bien : son boss lui a promis cette promotion pour l’année prochaine.


Consécration.


Après avoir été depuis son arrivée sous la responsabilité de Clément, le contrôleur de gestion, elle s’apprête à reprendre son poste car il quitte la société pour de nouveaux horizons. Bientôt, elle aura également la charge (mais surtout le soutien) d’un nouvel assistant contrôleur de gestion. La roue tourne dans le milieu du contrôle de gestion...


Ses qualités ont joué en sa faveur : mais quelles sont-elles ? Tout simplement celles de tout bon assistant contrôleur de gestion. D’ailleurs, les opportunités de carrière après le métier d’assistant contrôleur de gestion sont nombreuses, nous en parlerons en conclusion de cet article.


Rigueur, diplomatie, esprit d’analyse et de synthèse


Le métier d’assistant contrôleur de gestion est avant tout un métier de chiffres.


Le goût et le talent de maniement des chiffres


Probablement l'avez-vous déjà compris, mais un rappel n’est jamais de trop. Le métier d’assistant contrôleur de gestion est très différent de celui de comptable, mais aimer les chiffres (et plus crucial encore, ne pas en avoir peur) reste un must. Imaginez un profil peu littéraire dans un métier de rédaction… bonjour les dégâts.


Mais au-delà de savoir manier les chiffres et les informations chiffrées avec finesse tout en appréciant l’exercice, ajoutons quelques qualités qui permettent à l’assistant contrôleur de gestion de gestion de devenir maître dans son domaine.


Les compétences-clé de l’assistant en contrôle de gestion


La rigueur associée à de la méthode est essentielle pour garder le cap et éviter toute erreur. L’esprit d’analyse permet de détecter rapidement le moindre chiffre étonnant. L’esprit de synthèse, indispensable, vient le compléter grâce à une forte capacité à retranscrire l’essentiel pour ensuite communiquer le bon message. Lorsqu’on travaille avec des informations et des données d’une grande complexité, difficile de s’en sortir sans un bon esprit de synthèse.


La maîtrise informatique des principaux logiciels et progiciels


Passons ensuite à l’aspect informatique, car un assistant contrôleur de gestion ne travaille plus du tout comme il y a 30 ans. La maîtrise des logiciels et progiciels de base dans le traitement des données et des autres plus spécifiques fait partie des fondamentaux.


Le relationnel passe-t-il au second plan pour l’assistant contrôleur de gestion ?


De bonnes qualités relationnelles ne sont pas non plus à négliger : après tout, l’assistant contrôleur de gestion échange avec de nombreux services de l’entreprise ! La diplomatie est donc un pré requis pour mener à bien toutes les interactions socio-professionnelles inhérentes au métier.


Quel salaire pour l'assistant contrôleur de gestion ?


Tout dépend de l'entreprise. On trouve des annonces à 24.000€ brut par an jusqu'à 40.000€. Pour se frayer un chemin dans ce métier. Savoir vendre la valeur que l'on va apporter à l'entreprise est un point crucial.


Devenir assistant contrôleur de gestion… et ensuite ?


Avant d’aborder les nombreuses possibilités d’évolution de carrière de l’assistant contrôleur de gestion, revenons sur le parcours requis pour accéder à cette fonction.


Notez que la plupart des assistants en contrôle de gestion sont de niveau bac +2, même si 1 sur 5 sort d’un master, selon orientation.com.


Les diplômes qui forment à devenir un bon assistant contrôleur de gestion sont souvent le DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (DUT GEA) et le Diplôme de Comptabilité et de Gestion de niveau bac +3. Mais si vous souhaitez devenir un jour contrôleur de gestion, mieux vaut se tourner vers la poursuite d’études et envisager un bac +5.


Cependant, il y a une autre voie. Comme souvent, certains chemins de traverse mènent à la même destination. Une formation en contrôle de gestion, intensive, rude parfois mais toujours très enrichissante peut vous permettre en quelques semaines d’acquérir les fondamentaux du métier d’assistant en contrôle de gestion.


Vous ressentez un surplus de motivation et une détermination sans faille ? Peut-être bien que cette solution est idéale pour vous.


Après quelques années d’expérience, l’assistant de contrôle de gestion voit s’ouvrir à lui de belles portes : le plus logique reste le poste de contrôleur de gestion au siège ou sur site.


Plus tard, pourquoi pas évoluer au poste de responsable administratif et financier (ou DAF) ou en tant qu’adjoint de ce dernier ?


Et puis, si le monde de l’entreprise ne vous plaît plus, vous pourrez toujours mener une expérience au sein d’un cabinet d’audit !


Envie de suivre nos formations et plus encore ?


👉 Consultez nos programmes disponibles ou contactez directement notre équipe pour un échange personnalisé.