• Nicolas Piatkowski

Parcours d'élèves. Ludovic De Maio. Étudiant DCG en candidat libre.



Ludovic est un personnage avec une expérience multiple. Passé par le BTS, le salariat, le DCG à l'école puis en candidat libre, il se livre à nous sans filtre dans un écrit 100% nature. Sans filtre.


Ludovic est tout nouveau chez Les Geeks des Chiffres. Il vient de s'inscrire à notre formation en ligne : DCG UE 11 - Contrôle de Gestion.


Nous lui souhaitons une réussite sans égal pour son avenir et laissons place à Ludovic.


#1 - Peux-tu nous raconter ton parcours ?


Je m’appelle DE MAIO Ludovic, j’ai 27 ans, et je viens de Lorraine, dans un petit village dénommé Haboudange.


Village se situant à 50min en voiture de Metz en Moselle. Je suis sur le point de finaliser mon DCG. Il me reste deux épreuves à passer qui sont le contrôle de gestion et le management (respectivement UE11 et UE7).


J’ai un parcours qui est loin d’être un parcours classique.


J’ai fait un bac STG CFE (Science et technique de gestion : Comptabilité et Finance d’entreprise) lors de mes années lycées. Aujourd’hui l’équivalent est le bac STMG.


À la sortie de la seconde, je reconnais que je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie.

Et le choix de ce bac était un choix par défaut.


J’avais des résultats plutôt corrects et j’aimais bien la comptabilité par rapport à la spatialisation au niveau des écritures comptables (en effet, lorsque l’on enregistre des éléments au crédit, on est obligé de décaler l’intitulé du compte vers la droite).


Pour ma part cela a facilité la mémorisation de la compta qui était faite au lycée. C’était donc avec une attitude optimiste que j’avais décidé de m’orienter en DCG à la sortie du lycée.


Je ne savais pas dans quoi je me lançais.


Oui, je n’y prêtais pas attention par le passé mais ma famille n’avait pas fait d’études supérieures (mes aïeux) pour la plupart de ses membres. Je n’ai pas connu mon père et j’ai vécu avec ma mère et ma grand-mère. Ma mère était aide-soignante et est tombé en dépression durant mes années CM2 et 6ème. Je ne la voyais pas beaucoup car elle était à l’hôpital. Seule, ma grand-mère s’occupait de moi à l’époque et elle ne pouvait pas m’aider pour les devoirs ou autre chose.


Il a fallu que je me débrouille tout seul. Si je fais une aussi longue digression, c’est parce que j’ai été confronté à une première résistance au réel devant le DCG à 18 ans, qui m’a fait abandonner au bout du premier semestre.


Au fond de moi j’étais pas bien et ma grand-mère ne voulait pas que je fasse également une dépression. Il s’en est suivi sur le deuxième semestre des jobs en tant qu'ouvrier et employé commercial dans une chaîne de grande distribution.


J’ai ensuite repris mes études dans mon ancien établissement qui était un lycée en campagne et qui proposait sa seule formation dans le supérieur : le BTS Assistant de Gestion PME PMI.


D’un seul coup j’étais retourné dans ma zone de confort et je pouvais rentrer tous les jours voir ma mère et ma grand-mère.

Mais à la fin de la deuxième année, juste avant de passer les examens, je m’étais dit la chose suivante : “Mec, est-ce que t’as pas fait une connerie en quittant le DCG prématurément ?”.

Et je l’ai davantage ressenti quand j’ai obtenu ce BTS. J’ai voulu reprendre le DCG par correspondance. (Oui beaucoup d’organismes proposent leurs services pour la préparation de ce diplôme).


Et je n’ai pas eu assez de confiance pour passer les épreuves cette année-là. (Où je travaillais une nouvelle fois en tant qu’ouvrier en parallèle, en aquaculture).


Je sentais que je n’étais pas épanoui parce que je ne faisais pas travailler mon cerveau et j’avais besoin de stimulations.


J’ai donc décidé de reprendre le DCG de zéro, à 22 ans, depuis la première année. Et je savais que ça n’allait pas être une partie de plaisir pour moi contrairement à d’autres alors je me suis dit :


“Mec, tu ne juges plus personnes. Bats-toi pour obtenir la moyenne à toutes tes épreuves au minimum et travaille depuis le premier jour et TOUS LES JOURS”.


C’était l’engagement que j’avais pris à ce moment précis. Je vous passe les détails liées au déroulement des années.


Mais je m’en étais bien sorti lors de ma première année. Les notes étaient les suivantes :


UE 1 - Introduction au droit : 10,5

UE 5 - Économie : 10.5

UE 8 - Systèmes d'information de gestion : 12.25

UE 9 - Comptabilité : 12.50.


Lors de ma vue des résultats, j’étais un peu hébété mais j’étais tout de même content.


Ma deuxième année était un peu plus chaotique, surtout que je voulais faire tout en même temps. (Prise de conscience au niveau de la santé donc sport surtout en cas de travail pénible et difficile comme ouvrier).


Je faisais attention à ce que je mangeais et faisait du crossfit. J’ai eu cette mauvaise habitude de vouloir faire tout en même temps. Néanmoins j’ai réussi à survivre lors de cette deuxième année.


Résultats :


UE 2 - Droit des sociétés : 06.25

UE 4 - Droit fiscal : 06.25 (après repassage en 2018 10.5 (candidature libre)

UE 6 - Finance d'entreprise : 11

UE 10 - Comptabilité approfondie : 07.25

UE 13 - Communication : 13 (ma meilleure note à ce jour concernant le DCG)


À ce moment précis, je ne savais pas quoi faire. Il y avait quelque chose qui clochait. Me connaissant, je sais que je fais preuve de beaucoup de volonté et d’opiniâtreté.


Libre à vous de juger si l’opiniâtreté est une qualité ou un défaut. Mais comme je le disais, je ne savais pas quoi faire. Alors j’ai décidé d’aller à la fnac et d’aller dans le rayon santé. Et là je tombe sur un livre qui s’appelle “une mémoire infaillible” de Sébastien Martinez.


Pour 16€, il me semble je décide de l’acheter et j’essaie d’appliquer les stratégies de mémorisation qu’il nous montre dans ce livre à mes cours de troisième année, dès la rentrée. Mais ça ne fonctionnait pas, ou du moins ce n’était pas les bons outils adaptés à des cours principalement sous forme de texte.


Pourtant, il nous fait retenir les 40 premières décimales de pi sans nous en rendre compte et avec une facilité déconcertante. Je savais que ça marchait mais je ne savais pas comment l’appliquer c’est tout.


Et c’est là qu’il existe plusieurs outils adaptés à chaque situation. Je décide de faire une formation en présentiel avec Sébastien sur Tourcoing durant les vacances de la Toussaint pour l’époque.


C’était la première fois que j’investissais en moi-même. 400€ pour 2 jours de formation. Et j’ai été scotché sur l’outil dont j’avais besoin pour retenir de grandes quantités de texte : Le mindmapping.


Cet outil me permet une meilleure compréhension des cours. Combiné à du rappel libre (ou technique de la feuille blanche), c’est un outil très puissant qui permet de renforcer sa compréhension sur un sujet.


Cela permet d’apprendre quasiment n’importe quoi. J’avais doublé mes résultats scolaires durant l’année en management organisationnel mais cela n’a pas été suffisant pour réussir les examens malheureusement.


Pour réussir et finaliser mon DCG, il me faut la moyenne en contrôle de gestion et en management.


Et peut-être passer à l’étape suivante. Car je pense que je n’ai pas le choix. L’être humain est fait pour évoluer et le DCG m’a énormément apporté, surtout par rapport à la discipline.


Je me forme également sur d’autres choses notamment sur le business en ligne et le dropshipping. Et là aussi j’ai appris des choses surprenantes. Avec la formation en dropshipping, je voulais quitter le DCG, mais je me rends compte que je n’ai pas le choix car c’est le genre de choses sur lesquelles on peut pas passer à côté.


Je pense que la frontière entre le titulaire du DSCG et l’entrepreneur est très très mince. (Tout dépend à quel niveau on souhaite aller). Mais comme j’ai envie d’aller à un haut niveau, je n’ai pas le choix. Je suis obligé de comprendre comment fonctionne l’argent si je veux gagner plus d’argent.

#2 - Quelle est ta situation actuelle ?


Ma situation actuelle n’est pas terrible. Depuis mi-octobre 2019, j’ai repris le travail dans une fromagerie qui se situe près de chez moi. (Rien à voir avec de la compta. La seule compétence qu’il faut avoir c’est porter.


Cette compétence n’est malheureusement pas bien cotée sur le marché du travail car elle n’apporte pas beaucoup de valeur. Elle permet cependant avec de la discipline, d’investir en soi-même dans un premier temps ou mettre de l’argent de côté pour d’éventuels autres projets. C’est une situation précaire.


#3 - Quelles sont tes objectifs professionnels et ceux à venir ?

Cela peut paraître bizarre, mais il n’y a pas si longtemps, en BTS, je jouais à Batman Arkham City sur console. Batman avait atteint la perfection physique et mentale. Je voulais faire de même étant donné qu’il est milliardaire. Et au final je me rabats sur un de ses alliés, Lucius Fox. Lucius Fox est décrit comme: “Un génie financier, un inventeur et un entrepreneur”.


Mon objectif professionnel est donc de devenir un génie financier, un inventeur et un entrepreneur.


Ce qui serait efficace dans un premier temps c’est de pouvoir se forger une expérience en comptabilité.


Histoire d’appliquer ce qui a été appris jusqu’à présent et de continuer à apprendre.


J’aimerais davantage travailler en cabinet d’expertise comptable à taille humaine avec un maximum de 10 personnes pour pouvoir faciliter la communication.


Durant mon temps libre, je préfère le consacrer à faire du sport. Pour évacuer toute l’énergie négative qui a pu être accumulée et pour faire circuler le sang dans tout le corps et dans le cerveau notamment.


#4 - Pourquoi as-tu cherché à te former chez Les Geeks des Chiffres ?


Le premier problème était un DCG non abouti. Je me sentais pas bien et j’avais un sentiment d’inachevé.


Surtout que j’avais passé du temps dessus et que ça serait dommage de ne pas finaliser ce qui a été commencé.

Le contrôle de gestion est l’une de mes plus grosses peurs puisqu’il faut maîtriser beaucoup de choses en un laps de temps très court (10 mois).


De plus j’avais des incompréhensions en mathématiques et un prof de l’éducation nationale qui pour l’époque était très compétent sur le plan du contrôle de gestion et moins au niveau de la pédagogie.


J’ai besoin d’un enseignement précis en contrôle de gestion et je sais que l’enseignement supérieur ne pourra pas faire grand chose pour moi. En effet je n’ai pas envie d’apprendre par le biais de profs mais par le biais de mentors. Et depuis que j’ai compris que pour connaître le succès, il fallait des mentors, et bien j’en cherche par le biais de livres.


La formation chez Les Geeks des Chiffres, je l’ai à peine commencé. Elle me permet de compléter les informations que j’avais déjà apprises en contrôle de gestion. Même a beaucoup mieux comprendre les concepts enseignés en contrôle de gestion. Je sais que des mentors comme Nicolas et Soumaya me permettront d’atteindre mes objectifs et de continuer à me former.


Ah oui, la BIENVEILLANCE aussi. J’ai un extrême besoin de bienveillance si je veux réaliser mes objectifs.

La formation Les Geeks des Chiffres m’a apporté des supports en vidéo et une nouvelle manière d’apprendre et de réapprendre la comptabilité. Je peux consulter les vidéos en boucle dans le cas où je n’ai pas compris une notion.

#5 - Peux-tu nous partager une stratégie d’apprentissage qui a bien marché pour toi


C’est ma formation sur la mémoire avec Sébastien. Le meilleur exemple que j’en ai a été lors d’un contrôle de cours en management, mais ça remonte maintenant.


La prof avait posé des questions sur l‘école des relations humaines avec Elton MAYO, la pyramide de MASLOW et tous ces trucs théoriques.

Alors que mes premiers contrôles se soldaient par des 7,5 en moyenne, le mindmapping et le rappel libre m’ont permis de passer de ces 7,5 à 13 - 14,5. La prof était étonné. Le reste de l’année en management organisationnel, je ne descendais jamais en dessous de 13.

Mais j’avais beaucoup travaillé et j’avais suivi les conseils de Seb que j’avais rappelé. Je dois bien connaître mon management stratégique et avoir une culture business solide et je devrais normalement réussir le management.


Le meilleur moyen d’apprendre est de faire des rappels libres c’est-à-dire des feuilles blanches.


On ferme les cahiers, on prend une feuille et on se remémore tout ce qui a été dit sur le cours. Si on a mappé le cours, on reprend une feuille blanche et on se refait la map de tête. Le processus de mapping étant un processus itératif, quand on refait les branches, cela nous donne des indices et on peut restituer les mots les uns après les autres.


#6 - Quels sont les meilleurs conseils que tu puisses donner aux étudiants ?


Il y en plusieurs :

  • Ne vous découragez jamais.

Les études comptables sont plus ou moins difficiles en fonction des profils. Pour moi elles le sont, sinon j’aurais déjà eu mon DCG. Et je serai déjà Expert-Comptable.


Trouvez des mentors. Nicolas est notre mentor mais ne vous limitez pas à lui (sans t’offenser bien sûr).


Pour ma part, j’écoute beaucoup Warren Buffett et Charlie Munger. Pour être un entrepreneur, Warren Buffet a dit qu’il n’était pas nécessaire d’avoir un super QI ou autre chose du même style. Il faut être discipliné et quand même connaître des fondamentaux.


Et devinez quoi ? Buffett a dit que nous étions obligé de connaître la comptabilité. Elle nous aide a nous en sortir et à mieux comprendre les mouvements d’argent. C’est une des raisons pour lesquelles je dois finir ce cursus.


  • Ne vous arrêtez jamais d’apprendre.

Les connaissances acquises à un instant T ne seront jamais suffisantes pour faire face au futur. C’est une nouvelle fois un conseil de Charlie Munger.


Trouvez toujours le positif dans chaque situation. Il y en a toujours.


  • N’ayez pas peur de l’échec.

Si vous voulez avoir une réussite exceptionnelle, il ne va pas falloir avoir peur de tomber.


  • Apprenez à apprendre.

Pour moi, c’est la base. Comprenez comment fonctionne votre cerveau. L’école nous enferme dans un seul carcan d’apprentissage: la lecture. Bien qu’il s’agisse d’une manière d’apprendre et de réviser, ce n’est pas la plus efficace. Faites des rappels libres avec des feuilles blanches le plus possible. ça fera gagner du temps. Et le cerveau travaillera davantage.


  • Développez un réseau de modèles mentaux

Un autre conseil de Charlie Munger. Navré mais je regarde des vidéos youtube de cet homme et même si je le découvre à peine, il me fascine énormément. Je trouve qu’il a une sagesse extraordinaire et qu’il ne parle pas pour rien dire.


Les vidéos sont en anglais mais il suffit de comprendre certains mots qu’il prononce et vous pouvez être surpris. J’essaie de développer ces modèles en achetant le plus de livre possible et pour avoir la meilleure vision du monde possible.


Bien sûr, j’ai décidé de faire de la compta ma spécialité, mais il vaut mieux avoir des notions sur le plus de disciplines possibles. Je suis bien décidé à développer mes propres modèles. Pour me construire ma propre vision du monde.


#7 - Pour toi, à quoi va ressembler le comptable du futur?


C’est une question que je me pose tous les jours. Mais pas seulement au niveau comptable, mais au niveau de tous les métiers.


En ayant lu le livre “21 leçons pour le 21ème siècle” de Yuval Noah Harari, et en sachant que seule la destruction est créatrice et que tout emploi détruit en créer d’autres plus nombreux et plus qualifiés, les métiers sont amenés à changer avec la montée de l’intelligence artificielle.


2 catégories devraient se dessiner :

  • Les gens qui savent utiliser les ordinateurs

  • Et les gens qui savent communiquer.

Mais on est même pas sûr que cela se passera comme cela. Une seule chose est sûre. LE MONDE CHANGE. Et ce qui est appris aujourd’hui ne sera jamais suffisant pour faire face à l’avenir si vous voulez prospérer.


Pour ce qui concerne le métier de comptable, tout le travail de production des comptes ainsi que les déclarations fiscales, la paie, seront réalisées par l’intelligence artificielle.


Le comptable et l’expert-comptable devront donner davantage de conseils à leur clients.


Il devra savoir utiliser l’outil informatique et être un bon communiquant. Je pense néanmoins que les DCS sont suffisamment pluridisciplinaires pour permettre à l’expert-comptable de s’adapter à n’importe quelle situation. Je pense que les axes économies, management, systèmes d’information et tout ce qui n’inclus pas un niveau “production” auront davantage d’importance.


#8 - Que peut-on te souhaiter pour l’avenir?


De garder la santé et d’être en bonne forme dans un premier temps.


Je sais que l’entrepreneuriat et la comptabilité prennent une place importante chez Les Geeks des Chiffres. Mais sans la santé on en fait pas grand chose.


Donc souhaitez-moi d’être en bonne santé le plus longtemps possible.


Ensuite d’obtenir mon DCG et pourquoi pas commencer le DSCG. Avoir un maximum de connaissances dans le domaine comptable ne seront pas de trop pour bien gérer ses affaires. Et donc pour être plus généraliste, connaître la richesse, l’amour et le bonheur de manière générale.


Je vous fais la bise les geeks.


Merci Ludovic pour ce témoignage poignant et 100% nature.


Linkedin : Ludovic de Maio


Envie de suivre la même formation et plus encore ?


👉 Consultez nos UE disponibles pour se former à distance au DCG.