• Nicolas Piatkowski

Actif et Passif : définition en comptabilité

Mis à jour : août 6

L’actif et le passif sont des notions fondamentales de la comptabilité.


À eux deux, ils représentent le patrimoine d’une entreprise. D’un côté ce que l’entreprise possède (les actifs) et de l’autre ce que l’entreprise doit (les passifs).


L’actif et le passif se retrouvent dans le bilan comptable.

Dans cet article vous allez découvrir les notions d’actif et de passif.


Qu’est-ce qu’un actif en comptabilité ?


Dans une version simpliste, l’actif représente ce que l’entreprise possède dans toute son étendue.

Ces ressources auront pour mission de lui générer des avantages économiques futurs.


Autrement dit : soit lui faire gagner de l’argent, soit l’aider à fonctionner.


En prenant la définition juridique du PCG, l’actif est défini comme suit :


“Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l’entité, c'est-à-dire un élément générant une ressource que l’entité contrôle du fait d'événements passés et dont elle attend des avantages économiques futurs.”

On peut distinguer 2 types d’actifs :


L’actif immobilisé


Ces actifs représentent des investissements à long terme. Dans le jargon comptable, on parle d’immobilisation.


Ce que l’entreprise possède et qui a vocation à rester durablement dans le temps dans l’entreprise.

Il existe 3 grandes typologies d’immobilisations :

  • Les immobilisations incorporelles : elles correspondent à des biens immatériels utilisés par l’entreprise de façon durable. On y retrouve les logiciels, les brevets, les marques ou encore les frais de recherche.


  • Les immobilisations corporelles : elles correspondent à des biens matériels utilisés dans le cadre de l’exploitation et du développement de l’entreprise. Les exemples sont multiples : voiture, bâtiment, terrain, machine, bureau, matériel informatique…


Le PCG précise qu’une “immobilisation corporelle est un actif physique détenu, soit pour être utilisé dans la production ou la fourniture de biens ou de services, soit pour être loué à des tiers, soit à des fins de gestion interne et dont l'entité attend qu’il soit utilisé au-delà de l’exercice en cours.”

  • Les immobilisations financières. Une entreprise peut acquérir des titres d’une autre entreprise. On peut y ajouter les dépôts et cautionnements.

----------------------------


Préparez le DCG avec Les Geeks des Chiffres pour le prix d'une pizza 🍕 par mois (14,90 €/mois).



----------------------------


L’actif circulant


Ce sont des actifs à court terme. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas vocation à rester durablement dans l’entreprise et qu’ils vont rapidement se transformer. Dans le détail on distingue :

  • Les stocks qui sont destinés à être vendus ou consommés dans un processus de production. Il peut prendre la forme de matières premières, de fournitures, de marchandises ou encore de produits finis.

  • Les créances. Ce sont toutes les sommes qui sont dues à l’entreprise (créances clients, impôts, fournisseurs).

  • Les avances et acomptes versés sur commandes. C’est le cas lorsque l’entreprise passe une commande auprès d’un fournisseur. Celui-ci peut exiger un acompte pour démarrer une prestation.

  • Les valeurs mobilières de placement (VMP). Ce sont des titres acquis destinés à être revendus rapidement dans le but de faire un gain de placement rapide.

  • Les disponibilités. C’est la trésorerie positive et le montant disponible en caisse.​

  • Les charges constatées d’avances.


Selon le PCG Art 211-8 : “Les charges constatées d’avance sont des actifs qui correspondent à des achats de biens ou de services dont la fourniture ou la prestation interviendra ultérieurement.”

C’est par exemple le cas d’une entreprise qui achète en décembre 2019 une prestation de maintenance informatique pour un trimestre (décembre 2019, janvier 2020 et février 2020).

À la clôture des comptes 2019, les mois de janvier et février 2020 feront l’objet d’une charge constatée d’avance.


À quoi ressemble l'actif comptable ? 






Qu’est-ce qu’un passif en comptabilité ?


À l’inverse de l’actif, le passif représente tout ce que doit l’entreprise.


Le PCG définit le passif dans l’art 3211 :  

“Un passif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique négative pour l'entité, c'est-à-dire une obligation de l'entité à l'égard d'un tiers dont il est probable ou certain qu'elle provoquera une sortie de ressources au bénéfice de ce tiers, sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci. L'ensemble de ces éléments est dénommé passif externe.”

Il faut distinguer 2 grandes masses du passif :


Les capitaux propres


Ces passifs représentent la dette que l’entreprise a envers ses actionnaires. On y retrouve :


  • Le capital social qui représente la valeur nominale des actions ou parts sociales. Autrement dit, c’est l’apport des actionnaires.

  • Les réserves qui représentent les bénéfices non distribués par l’entreprise. Les réserves peuvent être imposées par la loi et les statuts juridiques. Elles peuvent aussi être facultatives sous décision de gestion de l’entreprise.

  • Le résultat de l’entreprise. Il peut être positif, s’il s’agit d’un bénéfice ou négatif s’il s’agit d’une perte. En fonction du résultat, cela aura pour conséquence d’augmenter ou diminuer la possibilité de financement propre générée par l’entreprise.


  • Le report à nouveau. Il correspond à la somme des résultats des exercices antérieurs qui n’ont encore pas été affectés.  


Les dettes


Il existe différentes typologies de dettes dans le passif du bilan comptable :

Les dettes financières. Ce sont les dettes envers les établissements de crédit, les banques ou les actionnaires. À titre d’exemple on peut nommer, le capital restant dû d’un emprunt, ou le découvert bancaire.


Les dettes courantes avec les dettes fournisseurs ou les dettes fiscales et sociales.


À quoi ressemble le passif comptable ?






L'actif et le passif en vidéo 🎥