top of page

Dans les coulisses d’un fonds de Venture Capital, spécialisé dans l’investissement en start-up


Bartosz Jakubowski - Alven

Dans le 43ème épisode du Podcast Les Geeks des Chiffres, Nicolas reçoit Bartosz Jakubowski, VC chez Alven.


C’est un entretien privilégié, où Bartosz nous explique le fonctionnement d’un fonds d'investissement spécialisé dans les startups (Venture Capital).


Quel est le modèle d’affaires d’un fonds VC ? Comment est-il financé ? Comment trouver et attirer les meilleures startups ? Quelles sont les étapes d’une levée de fonds ?


Vous trouverez toutes les réponses à ces questions dans l’épisode 43 de notre podcast, dont nous avons résumé les grandes lignes ci-dessous.





🎧 Écouter aussi le podcast sur Apple Podcast, Spotify, Deezer ou Google Podcast

Sommaire :


Qu’est-ce que le Venture Capital ?


Le Venture Capital (VC) - Définition

Le Venture Capital (VC), est une activité qui consiste à prendre des participations au capital d’entreprises non cotées. Ces entreprises sont en phase de création ou de lancement et présentent un fort potentiel de croissance et d’innovation.


Cet investissement est risqué (sorte de pari sur la réussite de la startup). D’où la traduction française de Venture Capital : Capital Risque.


💡 On appelle également VC les chargés de portefeuilles qui travaillent dans un fonds de Capital Risque (comme Bartosz chez Alven).


Qu’est-ce qu’un fonds de Venture Capital ?

Un fonds de Venture Capital est un fonds d’investissement spécialisé dans le VC. Il récolte de l’argent auprès d’investisseurs, pour ensuite l’investir au capital de startups.


L’objectif est simple : faire une plus-value lors de la cession des titres de la startup. Il faut donc sélectionner des entreprises à fort potentiel de croissance, réussir à les attirer, et les accompagner dans leur développement.


📌 Exemple : Alven


Alven est un fond de capital-risque, spécialisé en investissement dans des startups européennes early stage (jeunes). Le fonds investit principalement dans des entreprises du secteur de la fintech, des cryptomonnaies ou du climat. Le fonds se positionne assez tôt dans la vie de la startup (en amorçage ou en série A) et finance entre 1 et 10 millions d’euros de capital. Ensuite, le fonds reste proche des entrepreneurs avec un rôle financier (possibilité d’investir à nouveau dans la startup) et extra-financier (accompagnement dans la stratégie de croissance et dans le recrutement).


Quelles sont les qualités d’un bon VC selon Bartosz Jakubowski ?

Bartosz nous partage les 4 qualités d’un bon VC :

  • L’écoute et l’empathie : le métier de VC est très humain. Il faut être capable de détecter les qualités des entrepreneurs (écoute, feeling), puis de trouver le bon argumentaire pour convaincre les dirigeants du fonds d’investir, et les entrepreneurs d’accepter de travailler avec le fonds. Puis, tout au long de la relation avec l’entrepreneur, il faut savoir être à l’écoute et capable de faire passer les bons messages.

  • La patience. Dans l’investissement en start-up, il peut s’écouler 10 années entre le moment où le fonds investit et celui où il sait s’il a pris une bonne ou une mauvaise décision. Entre-temps, il peut se passer beaucoup de choses.

  • Être honnête avec soi-même. La décision d’investir dans un projet doit aussi se faire sur des critères rationnels. Le VC doit prendre des décisions en s’appuyant sur des informationnels factuelles, tangibles et qualitatives (ce n’est pas que de l’intuition).

  • Bien comprendre son rôle. Chez Alven, le rôle de VC est celui de copilote. Les collaborateurs connaissent la feuille de route. Ils accompagnent les entrepreneurs, mais ils ne mettent pas les mains sur le volant.


“On n’est pas dans l’exécution, on est dans l’accompagnement”.

Les KPIs suivis par Bartosz Jakubowski (Alven capital)

Les 3 indicateurs clés suivis par Bartosz sont :

  • La capacité des entrepreneurs à attirer des top talents

  • La satisfaction des clients des startups accompagnées

  • Le burn multiple, un ratio qui mesure combien d’argent la startup dépense pour générer 1 nouvel euro de revenu récurrent


Comment se finance un fonds de Venture Capital ?

Un fonds VC est en réalité une société de gestion de plusieurs fonds d’investissement. Il faut imaginer un fonds comme une enveloppe, avec de l’argent et des actions. La société de gestion gère ainsi plusieurs enveloppes.


Pour créer un fonds, la société de Venture Capital :

  • rencontre des souscripteurs ;

  • leur explique le projet (thèse d’investissement) ;

  • et lève des fonds auprès des souscripteurs intéressés.


Les fonds levés sont un engagement financier de la part des souscripteurs. Une fois que le fonds VC a récolté assez d’engagement, il met fin à la levée de fonds. Puis, il déploie les fonds levés en investissant dans des startups. Dès que le fonds VC entre au capital d’une startup, il fait appel aux souscripteurs ayant pris un engagement financier. Alven reste au capital des startups sur une période de 3 à 5 ans en général. Puis, le fonds VC accompagne les entrepreneurs et s’occupe de faire les sorties.


💡 Une sortie consiste à retirer les actions investies par le fonds dans la startup. L’objectif étant de réaliser une plus-value (si 1 action valait 1 000€ lors de l’entrée au capital, le fonds réalise une plus-value si cette action est supérieure à 1 000€ lors de la sortie).


Chez Alven, les souscripteurs sont en grande majorité (80% environ) des institutionnels (compagnies d’assurance, fonds de pension, entités comme la BPI, etc.). Le reste (20% maximum) est composé de family offices ou de grandes fortunes (souvent des anciens entrepreneurs du portefeuille d’Alven).


Quel est le modèle d’affaires d’un fonds de Venture Capital ?

Alven gagne de l’argent grâce à deux types de revenus :

  • Les commissions de gestion (2% par an)

  • Les carried interests (commissions de sur-performance égale à 20% des plus-values générées)


Quelles sont les étapes d’une levée de fonds en Venture Capital ?


Étape #1 - Le sourcing

Alvin interagit avec plus de 400 nouvelles start-up par mois. Les VC en rencontrent environ 100 chaque mois. Ils approfondissent leurs discussions avec environ 30 startups. Puis, ils en invitent une dizaine lors de partner meetings (rencontres avec les dirigeants du fonds). Finalement, le fonds propose au maximum à 2 startups d’investir dans leur capital. Dans 95% des cas, les startups acceptent.


Étape #2 - La term sheet

La term sheet (ou lettre d’intention) est un document synthétique qui liste les conditions dans lesquelles un investissement sera effectué. C’est un peu le contrat de mariage entre le fonds et la startup.


Étape #3 La période de due diligence

La due diligence est une période durant laquelle sont faites un ensemble de vérifications (audit) par le fonds d’investissement. L’objectif est d’avoir une image claire de la situation de la start-up, avant de valider l’investissement.


💡 Chez Alven, la due diligence est faite par des avocats et parfois des analystes financiers.


Étape #4 - Le closing

Lorsque la période de due diligence est passée, l’investissement est validé. Le fonds vire l’argent sur les comptes de la startup et il devient associé.


💡 Alven détient entre 7 et 25% du capital des entreprises dans lesquelles il investit.


L’avenir de la fintech selon Bartosz Jakubowski (Alven capital)

Pour terminer l’entretien, Nicolas demande à Bartosz ce qu’il pense de l’avenir de la fintech.


Bartosz distingue deux types de fintech :

  • Celles qui vendent des technologies pour aider les entreprises de la finance (exemple : Shift technology).

  • Celles qui délivrent des services financiers à des clients professionnels (B2B) ou particuliers (B2C). Il existe plusieurs types de services : le paiement, le financement, l’épargne et l’investissement, l'assurance, et la productivité financière (comptabilité, gestion de trésorerie, paie).


Bartosz souligne que la fintech est un secteur très porteur en France. Elle représente environ ⅓ des licornes.


3 sujets attirent l’attention de Bartosz pour l’avenir de la fintech :

  1. La décentralisation, qui est en train de changer beaucoup de choses (principalement autour de la technologie blockchain).

  2. La verticalisation et la contextualisation des transactions qui consiste à ajouter des services financiers dans des outils ou des applications (on parle de finance embarquée).

  3. Apporter aux PME/ETI des solutions jusqu’alors réservées aux grands groupes : gestion des factures clients, gestion des fournisseurs, gestion de la trésorerie, etc.


Pour suivre Bartosz Jakubowski ça se passe ici :


🔥 Pour aller plus loin avec nous :

  • Abonnez-vous à notre podcast sur votre plateforme d’écoute favorite 🤩.

  • Suivez nos ressources gratuites sur Youtube


inscription newsletter les geeks des chiffres

Comments


bottom of page