top of page

Samira Fondatrice de Stud-Ease et Mentor en techniques d'apprentissage en DCG

Dernière mise à jour : 29 mars 2023

Découvrez Samira notre Geekers Mentor chez Les Geeks des Chiffres. 📚


En quelques chiffres, Samira c'est + de 15k abonnés sur Instagram avec le compte Stud__Ease, 15 ans dans le soutien scolaire et + de 900 étudiants accompagnés.


Samira mentor et fondatrice stud ease


1 - Salut Samira, peux-tu présenter ton parcours ?

Bonjour à tous, je m’appelle Samira, fondatrice de Stud-Ease et formatrice en techniques d’apprentissage et de mémorisation.


Ce que je pourrais dire, c’est que rien dans mon parcours académique ne me prédestinait à finir dans ce domaine, mais pourtant je m’y préparais tout doucement !

J’ai grandi en étant une « bonne élève ».


J’ai passé la classe de CP car je savais déjà lire et écrire, j’ai donc eu un an d’avance durant toute ma scolarité jusqu’au Bac. Après un Bac Scientifique, j’ai tenté un DUT en Techniques de Commercialisation. Je ne savais pas trop où aller.


En vérité, c’est parce que je voulais faire médecine, mais que je n’ai pas eu le courage d’essayer car je manquais de confiance en moi et qu’aucun de mes profs ne m’a encouragée dans cette voie.


J’ai arrêté de DUT dès la 1re année pour me réorienter, j’ai fait une licence d’anglais. J’ai pu, grâce à ce cursus, faire un de mes semestres à Chypre dans le cadre du programme Erasmus.

J’ai ensuite arrêté l’école durant 3 ans, années durant lesquelles j’ai accumulé pas mal d’expériences professionnelles (j’ai été vendeuse, serveuse, réceptionniste en hôtellerie…), j’ai également passé des concours pour des écoles de journalisme et des Master de Sciences Politiques que je n’ai pas réussi.

J’ai ensuite repris un Master en Coopération Internationale, domaine dans lequel je n’ai par la suite jamais travaillé. Après de longs mois de recherche de travail, j’ai dû élargir mon champ de recherche à d’autres domaines, j’ai donc été assistante administrative pour évoluer en tant que Responsable administrative (c’est d’ailleurs la période durant laquelle j’ai eu la joie de faire connaissance avec la comptabilité sous toutes ses formes).

J’ai fait un burn-out durant cette période, c’est ce qui a déclenché la création de Stud-Ease. Car durant tout ce parcours, du Bac à aujourd’hui, j’ai fait du soutien scolaire. Pour me faire un peu d’argent à côté des cours, bénévolement dans des assis ou auprès de connaissances. De mes 16 ans à aujourd’hui, j’ai fait du soutien scolaire. Ce qui est drôle, c’est que je n’aimais pas ça au début, mais que j’ai quand même continué d’en faire, allez savoir pourquoi. Avec le recul, je me dis que je préparais le terrain pour Stud-Ease, tout simplement. Et c’est surtout le domaine dans lequel j’étais dans mon excellence.

Je suis quelqu’un qui est animé par une soif de connaissance intarissable. C’est ma nourriture de l’esprit, et je me sens tout simplement dépérir quand je ne fais rien en lien avec ça. Et le soutien scolaire me permettait d’être en contact avec la notion d’apprentissage perpétuel.


Mon burn-out a donc été l’opportunité pour moi de me remettre en question quant à mes choix de vie et à l’orientation professionnelle que je souhaitais prendre. À ce moment-là, j’avais déjà 28 ans.


Petit à petit a germé l’idée de Stud-Ease, et j’ai donc décidé de me lancer dans cette aventure, en donnant tout d’abord des conseils aux étudiants, puis en donnant des cours, puis en lançant des programmes en ligne, et enfin en accompagnant les étudiants dans leur méthode de travail.

Aujourd’hui, c’est mon activité à temps plein.


2 - Qu'est-ce qui t'as donné envie de devenir Study Mentor chez Les Geeks des Chiffres ?


Déjà, l’état d’esprit et les valeurs véhiculés par leurs fondateurs. On est animé par la même envie d’apporter aux étudiants, de les aider, et de les encourager dans leurs parcours, leur vie. Les étudiants d’aujourd’hui sont les travailleurs de demain, et prendre soin d’eux c’est prendre soin de la société dans sa globalité. C’est ma vision des choses.

La comptabilité est en plus un domaine qui demande des connaissances pointues et une certaine rigueur, ce qui peut décourager de nombreux étudiants. Les accompagner dans cette démarche, les aider à reprendre confiance en eux, c’est leur montrer qu’ils sont capables de gérer la matière.


Et qu’ils peuvent devenir de vrais cracks, de vrais spécialistes.


Et puis, c’est un métier utile et nécessaire. Avec la transformation numérique que l’on vit, on a besoin de personnes dans le domaine de la comptabilité qui s’y connaissent, qui ont un savoir pointu.

3 - Pourquoi et comment as-tu construit la formation Apprendre 4x plus vite et 10x mieux son DCG ?

J’ai construit ce programme parce que, de ce que j’ai pu tirer de mon expérience, les 3 choses les plus compliquées pour les étudiants quand ils sont face à des cours en ligne et face à la préparation des examens, sont les suivantes :

  • Se mettre au boulot

  • Savoir par où commencer

  • Faciliter l’apprentissage

J’ai donc construit ce programme pour les étudiants des Geeks des Chiffres dans cet objectif et pour leur permettre de rendre leur apprentissage et leur préparation au DCG/DSCG plus simple, plus accessible. Parce que quand ça nous semble accessible, ça nous motive, et on sait très bien que souvent, la préparation de tels diplômes nous donne l’impression qu’on est sur le point de gravir l’Everest !

L’ordre aussi des leçons et des modules est volontaire est bien pensé. Avant de parler de méthode, il est important de parler de POURQUOI. Parce que les étudiants sont des humains comme tout le monde, et en tant qu’humain, on a besoin de mettre du sens dans nos actions pour qu’elles nous semblent justifiées et qu’on ait envie de s’y mettre.


J’ai donc commencé le programme en parlant des différents rouages qui entourent la notion de motivation.

Puis on parle d’environnement.


Ok, super, on a envie de s’y mettre, il faut maintenant créer l’environnement propice pour faire de son moment d’apprentissage, de révisions, un moment agréable, ou du moins le moment le moins désagréable possible.


On parle d’organisation, de planning, et ensuite seulement on entre dans la technique ! Prise de notes, mindmapping, sketchnote, techniques de mémorisation, tout y passe. Et bien évidemment, pour faciliter et motiver, je prends l’exemple de cours issus des UE du DCG pour montrer comment s’y prendre. Résultat : j’ai appris beaucoup de choses moi-même !

Et enfin, on termine par une initiation à la lecture rapide pour entrer dans un niveau au-dessus en termes d’apprentissage.

4 - Quel a été ton plus gros challenge pour sortir ce programme en ligne ?

Je dirais que c’est le fait de donner envie aux étudiants de reproduire ces méthodes. Et quand je dis ça, je parle des techniques de mémorisation en particulier.


Ce sont des méthodes auxquelles on n’est pas habitué, qui demandent de sortir de sa zone de confort et d’explorer d’autres façons d’apprendre, et qui peuvent donc déstabiliser au premier abord.


Mon objectif a été de vraiment rendre la méthode simple d’accès pour donner envie à l’étudiant de tenter le coup malgré l’originalité de la technique !

Cela peut être étonnant parce qu’on pourrait penser que le plus gros challenge serait d’entrer dans le monde la comptabilité. Je n’ai jamais suivi ce parcours, j’ai donc moi-même appris beaucoup de choses en préparant le programme. Mais au final, quand on sait comment apprendre, on peut tout apprendre.

5 - Selon toi, quelles sont les qualités qu'un étudiant doit avoir pour réussir ses études ?

Pour réussir, tout étudiant a besoin de 3 ingrédients : le pourquoi, l’action et la discipline.


Le pourquoi, c’est ce qui va te permettre de mettre du sens dans tes études, dans ce que tu fais. On se lance dans un parcours pour une raison, parce qu’on a envie d’atteindre un certain objectif professionnel, et c’est ce dont on doit toujours se rappeler pour tenir le coup, parce que les études c’est un marathon !


Et puis, même si ce pourquoi a disparu, c’est aussi un très bon indicateur : c’est qu’il est temps de changer de voie, et c’est très bien aussi !

L’action, parce qu’on n’a rien sans rien. Et souvent, la notion d’effort est liée à la souffrance, ce qui rend encore plus difficile le fait de se mettre au boulot. Pourtant, l’action, c’est la concrétisation de notre pourquoi.

La discipline parce que oui, on ne peut pas tout avoir, tout maîtriser en un claquement de doigts !


C’est le fameux dicton « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ». Pour maîtriser un sujet, on a besoin de revenir dessus, de le répéter, de faire des erreurs, de recommencer, de le revoir…


L’acquisition de compétences demande du temps et de la répétition.

6 - Si tu avais un message à faire passer aux futurs étudiants du DCG, que dirais-tu ?

Allez-y doucement, faites preuve de persévérance et soyez confiants. La compta, le droit et la finance ont été créés par des humains pour des humains, ce qui veut dire que c’est tout aussi accessible pour vous, à condition de ne pas vouloir aller trop vite !


Ça prend du temps et c’est normal.

7 - Quelle est ta plus grande fierté personnelle et professionnelle ?


Ma plus grande fierté personnelle est celle d’être alignée avec moi-même : mes valeurs, ma personnalité, ma singularité.


Quant à ma plus grande fierté professionnelle est celle de faire un boulot dans lequel je me sens réellement utile, je crée des liens profonds avec mes étudiants et surtout qui me demande d’être constamment en train d’apprendre, et donc de m’élever toujours plus actuellement.


8 - Où peut-on te retrouver ?

Vous pouvez me retrouver sur Instagram, sur mon site web, mais également via ma newsletter Smart-Ease !


Voir la formation Apprendre 4x plus vite et 10x mieux son DCG réalisée par Samira 👇 :


Comments


bottom of page