• Nicolas Piatkowski

11 moyens pour financer son projet d’entreprise

Mis à jour : mars 4




Nous allons dramatiser un peu...


Mais financer son entreprise peut vite devenir un cauchemar. Entre les Business Angels, les

banques, les copains, les plateformes spécialisées… on peut rapidement s’y perdre tellement les solutions sont diversifiées.


Mais le pire, c’est que chaque moyen de financement a ses propres critères de sélection.

Quand on est entrepreneur ou en charge du financement dans l’entreprise, il est important de se préparer à la recherche des fonds. C’est un peu une course contre la montre qui demande des efforts et une bonne exécution. 🚵‍♀️


Le financement d’une entreprise fait partie de son histoire.


Au début, au milieu ou à la fin, il existe toujours un moment où le coup de pouce est utile pour passer un cap ou changer d’échelle.


Dans cet article, nous allons décortiquer les principales sources de financement disponibles pour les entreprises.


Pourquoi les entreprises ont-elles besoin de financement ?


L’argent c’est le poumon d’une boîte. Sans cash elle meurt. 💀


Sans cash elle ne peut investir, croître, acheter, créer de nouveaux produits, se développer... C’est la dure réalité dans l'entrepreneuriat.

C’est pourquoi, il est indispensable qu’une entreprise puisse avoir des moyens et une gestion financière bien maîtrisée.


Savoir analyser l’activité, savoir faire des projections financières ou savoir diagnostiquer les comptes sont des compétences indispensables pour chercher des fonds.

À la fois pour comprendre la situation de l’entreprise mais aussi pour être crédible dans les échanges vis-à-vis des apporteurs de capitaux.


Ce point est particulièrement important.


Imaginez-vous prêter votre argent à quelqu’un qui ne sait pas le gérer.


Allez-vous être rassuré ?


Pas du tout !


Allez-vous lui prêter 1€ ?


Encore moins.


C’est pour ça qu’il faut acquérir ces compétences. Pour développer un mindset financier qui va sécuriser l'entreprise sur le long terme.


Certaines formations comme : La Gestion Financière pour Entrepreneurs ou la Finance de A à Z que nous proposons chez Les Geeks des Chiffres est un bon moyen pour ça.


Généralement, ce job est souvent donné à un Directeur Financier ou à l’entrepreneur lui-même lorsqu’il n’a pas de service finance.


Bien connaître les différents moyens pour se financer est un gain de temps pour chercher des fonds.


Alors, faisons un petit tour d'horizon.


1 - Le Bootstrapping ou l’art de la débrouille 💪


Assez de l’anglicisme !


Mais allons-y quand même, cela fait partie du vocabulaire startup.


Le Bootstrap signifie plutôt “amorcer”. C’est une phase de démarrage au lancement du projet où l'entreprise se finance avec ses propres ressources et les flux générés par son activité.


C’est exactement le modèle que nous avons utilisé au lancement de l’école Les Geeks des Chiffres. Avec peu de moyens, nous voulions valider une preuve du marché sans investir des 1000 et des 100.

Nous avions à coeur de :


  • tester le projet : va-t-il plaire ou non ?

  • de voir si les étudiants allaient acheter les formations ?

  • de voir si les étudiants allaient recommander l’école ?

  • de prouver aux potentiels investisseurs que le projet fonctionne même avec peu de moyens.

  • de voir comment nous pouvions générer du revenu sans investissement particulier.


Si vous y arrivez en “bootstrappant”, vous avez des chances d’y arriver avec plus de moyens.


Ce modèle est très répandu chez les porteurs de projet. Au début, il faut se débrouiller et trouver des astuces pour générer de la trésorerie.


Le bootstrapping présente des avantages :


  • il décuple l’innovation des entrepreneurs pour générer du revenu

  • il séduit les investisseurs. “Si vous arrivez avec rien, vous réussirez certainement avec beaucoup plus”

  • il force la persévérance et le courage


En revanche, ce n’est pas sans risque. Il est nécessaire de générer du chiffre d’affaires rapidement et d’être focus à 100% sur le projet pour maximiser sa réussite.


2 - Le financement personnel 🤞


“Tu sais compter ? Alors compte sur toi-même !”


C’est bien une chose que répétait ma grand-mère.


En phase d’amorçage de son projet, il faut pouvoir mettre la main à la poche pour financer les 1ères briques de son business.

Acheter un ordinateur, créer l'entreprise, prendre un comptable, acheter le premier stock, payer le stagiaire…


Le financement personnel est une marque de confiance pour les investisseurs et les banquiers puisque vous prenez part au risque financier de votre projet.

Mon professeur de Finance me disait à l’époque : “quand on risque, on peut tout perdre comme

tout gagner”.


13 ans après, cela résonne encore dans ma tête.


Le financement personnel vous challengera puisque vous ne souhaiterez pas perdre votre mise de départ.


3 - La Love Money ♥️


Terme né aux US dans les années 60’, la love money est l’argent que l’on peut trouver dans son cercle proche.


La famille, les amis ou les amis des amis…


Chacun apporte sa pierre à l’édifice pour aider l’entrepreneur à augmenter son apport personnel et financer le début de son activité.


À titre d'exemple, Jean Daniel Guyot Ex Ceo de Captain Train avait commencé son aventure entrepreneuriale avec de la Love Money. Quelques années plus tard, Captain Train sera vendu prêt de 200 millions en 2016 à son concurrent Trainline.


La Love Money est un bon moyen pour récolter des fonds rapidement. Mais attention, il peut y avoir des tensions vis-à-vis de son entourage si l’entrepreneur gère mal l’argent.


4 - Le Financement Participatif 💌


Très en vogue, le financement participatif (ou Crowdfunding) est un mode de financement qui permet de récolter des fonds auprès d’un large public grâce à des plateformes en ligne.


C’est un travail intéressant à faire car il permet de mobiliser des compétences variées pour faire réussir la campagne et récolter des fonds. Entre le marketing, le design, le storytelling ou la mise en valeur de l’offre, c’est un bon moyen de tester un produit ou un service et de le confronter au marché.


Il existe de plus en plus de plateformes de crowdfunding qui proposent ce service.


Nous pouvons en citer quelques-unes comme :


> Ulule


Avec des projets réussis comme Noob, Kimia Café ou Respire


> KissKissBankBank


Avec des projets comme Koaka ou des projets en cours comme celui de RCE, un espace de travail collaboratif mené par Yusuf Jheengoor et son équipe.



💡 La BPI a mis en place une liste de plateformes disponibles que vous pouvez trouver ici : TousNosProjets.fr

Le financement participatif peut prendre plusieurs formes :


  • sous la forme d’un don

  • sous la forme d’un prêt

  • sous la forme d’un investissement


Pour en savoir plus sur le Crowdfunding, visitez le site économie.gouv.fr


5 - Les Subventions et les Aides


Il existe une quantité incroyable d’aides et de subventions disponibles pour les créateurs et

repreneurs d’entreprises.


Le site les-aides.fr permet de connaitre l’ensemble de ces dispositifs.


D’ailleurs, si votre entreprise est déjà créée vous pouvez indiquer sur le site votre numéro de Siret et votre besoin en financement, un outil vous permet de connaître les dispositifs adaptés à votre besoin.



6 - Les concours 🏁


Il existe aussi une quantité importante de concours pour startup et porteurs de projets.

Une simple recherche google et hop vous trouverez tous ceux près de chez vous en quelques clics.


Comme concours, nous pouvons citer le Prix Moovjee, BGE ou ceux de BFM Business.


Participer à des concours présente des avantages incontestables :


  • c’est un excellent exercice de présentation

  • il permet de tester son projet auprès d’un public expérimenté

  • il permet de récolter du feedback

  • il permet aux entrepreneurs de s'entraîner à l’art du Pitch

  • il apporte de la crédibilité et de la notoriété

  • en cas de victoire, l’argent obtenu n’est pas remboursable


En contrepartie, cela engage beaucoup de temps à la préparation. Chaque concours a ses critères.

Nous conseillons à tous ceux qui veulent entreprendre cette démarche d’évaluer le ROI potentiel avant de s’engager. Dans un projet, surtout à son lancement, il est vital de rester focus sur sa mission.


Sinon, cela peut coûter cher de se disperser.


🔴 Le concours doit être un vecteur d’apprentissage et de business pour l’entreprise. Pas forcément un moyen de briller aux yeux du monde.


7 - Les incubateurs


Les incubateurs sont des structures privées ou publiques, d’accompagnement à la création d’entreprise . Au delà de la partie conseil, ces structures peuvent vous aider à obtenir des financements auprès d’investisseurs ou auprès de structures publiques.


Avant de devenir Les Geeks des Chiffres, nous avions été incubé chez LINCC I Paris & Co dans le cadre d’un projet innovant. Grâce à cette incubation, nous avions bénéficié d’une subvention de 30.000€ auprès de la BPI.


Attention toutefois, dans notre cas le montant de la subvention (30.000€) devait aussi être utilisé pour payer l’incubation et le local qui allait avec (18.000€ l'année).


Au final c'était plutôt un budget de 12.000€ que nous avions pour financer le développement de notre projet.


8 - L’emprunt bancaire


C’est un classique dans le visage du financement d’entreprise. Toutes les banques disposent d’une offre professionnelle : Société Générale, BNP, CIC…


Mais vigilance, une banque est une entreprise privée. Son but est d’optimiser sa rentabilité tout en limitant le risque.


Alors si vous présentez un projet limite, personne de vous suivra. 😢Du moins dans la majeure partie des cas.


Avant de rencontrer une banque, il faut s’assurer des points suivants :


  • avoir un apport minimum compris entre 30 et 50% du besoin de financement. 30% si le projet est jugé “sans” risque. Sinon, il est souvent exigé un apport de 50%. L’idée sous-entendue derrière ça est que la banque ne veut pas prendre plus de risques que les entrepreneurs.

  • présenter un business plan solide : les projections doivent être crédibles et motivantes

  • savoir “vendre” son projet et sa capacité à le développer


Pour réussir ses étapes, il peut être intéressant de se faire accompagner et/ou se former à la prévision budgétaire.


9 - Les prêts d’honneur


C’est un prêt à la personne, sans intérêt (ou presque…) et remboursable sur une période de 3 à 5 ans.


Pour l’obtenir, il faut être accompagné par des structures spécialisées comme :



Mais avant d’être accompagné, il faut convaincre !


Vous devez d’abord passer par un comité de sélection composé d’entrepreneurs, de banquiers, d'experts comptables… qui jugeront votre projet et vous-même.


Le montant peut aller jusqu’à 90.000€ et permet de jouer comme un effet de levier pour obtenir des financements auprès des banques.


Généralement pour 1€ de prêt d’honneur, vous pouvez emprunter 7,5€ auprès d’une banque traditionnelle.


10 - Les Business Angel 😇


Un business angel est une personne physique qui souhaite investir dans des projets d’entreprises.

Entrepreneur ou cadre, il dispose de moyens pour financer l’amorçage ou le développement de projets. L’investissement peut aller de 5.000 à 700.000€ en fonction de ses moyens et son feeling avec le projet.


Au-delà du caractère plaisant d’apporter sa pierre à l’édifice, le business angel a vocation à sortir de l’entreprise dans un délai de 3 à 5 ans pour dégager une plus-value sur la cession.


Pour les entrepreneurs, avoir des business angels dans le capital présente des avantages :


  • ils peuvent apporter des conseils et du réseau

  • ils sont conscients du risque qu’ils prennent en cas d’échec de l’entreprise

  • ils connaissent les rouages d’une entreprise avec ses hauts et ses bas.


D’ailleurs, M6 a mis en lumière des investisseurs privés dans une émission appelée : Qui veut être mon associé ?



On y retrouve notamment des investisseurs comme :



11 - Le Capital Risque 🚀


C’est ce qu’on appelle les fonds d’investissements. Leur métier est d’investir dans des projets à fort potentiel de croissance et de développement pour en faire ressortir une plus-value dans les 3 à 7 ans.


Parmi les fonds connus dans l’univers startup, on peut nommer :


  • Kima Ventures : le fond d’investissement de Xavier Niel qui se revendique comme le plus actif au monde

  • Daphni : “Le Mutant du Capital Risque”

  • Alven : un fond ambitieux qui a notamment investi dans Stripe, Heetch ou Qonto

  • Idinvesti : l’un des leaders dans le financement des PME à l’échelle européenne

  • EduCapital : fond spécialisé dans l’Edtech

  • Pour ne citer qu’eux...


Faire une levée de fonds est un parcours du combattant pour la majeure partie des entrepreneurs. Peu de dossiers finissent par un investissement.


Nous conseillons avant d’entamer une levée d’analyser précisément les thèses d’investissements des fonds. Cela permettra de viser juste et d’économiser du temps.


Un bon moyen pour ça est d’aller sur leur site pour étudier le portfolio, la vision, la communication…


🎙 Nous préconisons aussi d’écouter le Podcast de Jean-Charles Kurdali dédié au capital risque : Dans la tête d’un VC.


Jean-Charles vulgarise le sujet en partant à la rencontre des meilleurs investisseurs français.


Un bon moyen d’apprendre en toute simplicité.


👉 Pour aller plus loin avec nous

> Découvrez toutes nos formations en ligne en comptabilité et gestion financière.

> Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque semaine un florilège de contenu pour progresser et s'inspirer sur tous les domaines du chiffre

> Abonnez-vous à notre chaîne Youtube pour découvrir toutes nos vidéos gratuitement.


Copyright : 2019 SAS Nisop - Tous droits réservés - OF enregistré sous le n° d'activité 11 75 51616 75 - Tél : 01 48 30 12 32